La peur de déléguer

Dernièrement, j'ai pris une grosse décision qui m'angoissait beaucoup. J'ai rencontrer deux couturières pour avoir de l'aide dans ma production.

Vous vous dites peut-être : Franchement, il était temps! ou: Ya rien là!

C'était évident qu'il fallait que ça arrive un jour. À mesure que les gens me découvrent et que je me fais connaître, les commandes s'empilent, prennent du retard et je n'arrive juste plus à tout faire. Au point ou je ne vois pas souvent ma famille et mes amis et ou une seule journée sur 7 sans toucher à ma machine à coudre me stresse au plus haut point.

Pourquoi ai-je repoussé l'étape de déléguer certaines choses le plus longtemps possible? À part le risque financier, parce que je manquais un peu de confiance en moi. Est ce que je pourrais trouver quelqu'un qui travaille comme moi, qui comprend mes goûts et mes choix, mais aussi qui va pardonner mon inexpérience et ma façon particulière et non-conventionelle de faire les choses. Je vous rappelle que je n'ai pas étudié en couture ni en design de patrons. J'ai appris à coudre par moi-même et des fois je me dis: Il doit y avoir une meilleure façon de faire ça.

J'ai donc fais le saut et j'ai demandé sur ma page Facebook si quelqu'un avait des références pour moi. J'ai reçu plein de CV et deux se sont détachés du lot: Deux anciennes couturières du Cirque du Soleil. Bingo!

Je leur ai donné quelques morceaux pour commencer et quand c'est revenu, tout cousu, tout beau, tout bien classé, je savais que j'avais pris la bonne décision. Quel soulagement!

Elles sont trop gentilles et partagent plein de trucs avec moi. Les morceaux sont encore mieux faits que par moi-même et grâce à leur expérience, certains de mes produits sont améliorés. Frédérique à cousu les petites vestes pour le renard tellement minutieusement qu'elles sont réversibles!

Je suis aux anges.

En ce moment, tous mes produits passent encore par mes mains pour les étapes d'assemblage. Je veux m'assurer que ma petite touche soit constente. Mais leur aide m'encourage à aller de l'avant.

Morale de l'histoire: C'est souvent ce qui me fait le plus peur qui me donne les meilleurs résultats dans ma compagnie.